January 4, 2007

En route vers l'Economie de l'Immatériel

Posted by

amo@emakina.fr

Ce matin j’entendais à la radio deux analystes s’étriper sur les solutions à mettre en oeuvre en terme de politique industrielle afin de faire exister la France en terme d’Economie de l’Immatériel (ne dites d’ailleurs plus “Economie de la Connaissance). Il suffit pourtant de suivre l’excellent rapport publié début décembre. Lisez-le, il a le mérite de mettre noir sur blanc des choses évidentes mais qui n’en sont pas moins désagréables pour les adeptes de l’immobilisme.
Il est alors très croustillant qu’entre les fêtes aie été annoncé le retrait allemand du fameux projet Quaero, dont on avait beaucoup parlé l’année dernière et qui restera donc bien franco-français. Cette histoire est décidément pathétique.
Alors faut-il croire à ces aventures industrielles d’initiative publiques ? À la vitesse où avance l’économie numérique, la succession lente des épisodes de ce type de feuilletons a le don de laisser perplexe, surtout si l’on pense qu’il va falloir attendre une bonne année pour qu’à l’aune de la prochaine échéance électorale commence à se concrétiser une nouvelle politique. L’économie numérique va vite et elle n’attend pas les programmations pluriannuelles. Accessoirement, les innovations sur le réseau sont toujours sorti du terreau des usages, pas des labos. Question d’être dedans, pas dehors et réactif plus que prospectif.
Car pendant ce temps, la vague 2.0 maintient son rythme et son déluge de séries qui nous tiennent éveillés (la dernière en date), un univers décalé où les initiatives françaises se comptent malgré tout, à un rythme éloigné des lourdeurs des programmes et autres instruments technocratiques.
L’Economie de l’Immatériel, elle se fait, elle n’attend pas les décrets, elle attend les bons instruments d’appui.

Comments are closed.