January 11, 2008

2008, année des grandes manoeuvres ?

Posted by

amo@emakina.fr

Que s’est-il passé en 2007 et que peux t’on attendre de 2008 ? Plus le temps passe et plus je suis prudent sur la prospective, mais j’ai quand même envie de relever quelques idées et questionnements.
Episode 2. Mon dernier billet était consacré au fait que l’internet est de moins en moins perçu comme un secteur émergent, donc protégé, et se trouve donc régulable et taillable. L’impact de plus en plus élevé des usages numérique crée de plus en plus de tensions dans tous les secteurs et pas seulement dans celui de la musique. En 2007, la vidéo online s’est affirmée de plus en plus incontournable, je ne suis pas grand devin pour penser qu’en 2008, le choc d’avec la télévision est au menu. D’ailleurs, les couteaux sont déjà tirés.
Plus on avance, plus il faut s’attendre à ce que l’internet soit considéré comme ce qu’il est : un élément central de l’économie du XXIe siècle et à ce titre tout sauf un bac à sable éloigné des grands enjeux politico-économiques. En 2007, dans la presse économique et pas uniquement quand il s’est agit de médias,on a pu observer une plus forte mise au centre des questionnement de stratégie numérique dans les propos des financiers. Lors de Le Web 3, Daniel a trouvé qu’il y avait beaucoup de prise de parole de VC. 2008, année des certitudes économiques ?


En 2007, on a beaucoup cherché de bulle, mais personne n’en a trouvé. Où est la bulle si une grande partie des grands acteurs gagne de l’argent, Google, MySpace ou Facebook en tête ? On peut toujours théoriser sur les valorisations, le fait est qu’il y a de l’argent et qu’en 2008 nous allons continuer à assister à des rachats. Je pense qu’on raisonne encore trop sur une micro-économie du web réduite, alors qu’ l’on est en macro-économie. En tous les cas, l’acteur qui me semble le plus attendu et qui a le plus besoin de revenir au devant de la scène est Yahoo!
En 2007, moi qui me plaint régulièrement de la trop grande domination des modèles à base publicitaire, j’ai été ravi de constaté un peu de nuances. Cela dit, l’investissement publicitaire online ne se dément pas. Ce marché a atteind en 2007 un niveau de maturité rassurant pour beaucoup de supports. Est-ce d’ailleurs encore un sujet, si ce n’est de poser la question des limites de son développement ?
Ainsi, 2007 a vu l’avénement du Social Business et d’un secteur économique inexistant il y a encore 3 ans, celui des SNS (Plateformes de Social Networking, autrement dit les “réseaux sociaux”).
La première chose à noter, c’est que ces gens gagnent de l’argent, toute génération confondue (aussi bien les plateformes de blogs, les LinkedIn que Facebook). Pédagogie de la répétition sur ce qui précède.
La seconde c’est que le coeur de leur business model est l’idée qu’ils transformeront vraiment en passant de la monétisation de l’audience à celle du Social graph. Malheureusement, l’épisode Beacon, doublé du Scoblegate montrent que c’est tout sauf évident. Ce n’est pas le fait de buter sur la notion d’opt-out, qu’on ne puisse pas appliquer l’idée que les amis de mes amis sont mes amis (car dans les SNS on n’a pas d'”amis”, on a des” connaissances”), c’est tout simplement parce que ça hérisse le poil des utilisateurs de voir détourné leur identité et qu’au final ça peut même freiner l’ardeur à socialiser à tout va.
Google, grand gagnant 2007 à mon goût, a jetté avec Google Social un bon jalon pour créer de la valeur sur les interactions sociales, en fonctionnant par implicite et pas explicitement. Est-ce suffisant ? le terrain est en tous les cas glissant, mais le web de demain sera implicite, mixte d’intelligence collective et d’intelligence des machines, 2007 a montré que les marges de progrès du web explicite sont faibles. Wikia vient d’ailleurs d’en faire les frais.
Je ne pense cependant pas que ce soit sur ce terrain là que les limites se dépasseront. Ce sera en investissant de nouveaux champs. Le mobile c’est déjà fait et je vous en reparlerai dans l’épisode 3. Mais puisque j’évoquais la télévision, on a eu ces derniers jours un bon signal de l’échappatoire qui s’annonce, d’autres semblent évidents. Le plus intéressant là-dedans, c’est que cela se passe sur un terrain et à une échelle qui n’est pas facilement accessible à tout le monde. La neutralité du web est sur la sellette, mais le terrain de jeu ne se limitant plus au web, est-ce bien le problème ?

Comments are closed.