January 14, 2009

Time to shift

Posted by

amo@emakina.fr

Sans faire plus de bruit que ça, j’ai la faiblesse de penser que nous assistons en ce moment même à un déplacement annoncé depuis très longtemps : le numérique prend la main et passe en question centrale.
Quelques exemples :
– Après avoir entendu toute sortes de gens bien informés du monde des médias ces derniers temps nous expliquer que le web s’imposait totalement à eux, après avoir lu la le noir destin que leur signifie officiellement Google, vous irez fermer le banc chez de Transnets et repenserez à Seth Godin (12 ans déjà !)
– Après avoir regardé de travers monter l’intelligence collective et s’être approprié Wikipedia dans l’éducation, le monde de la recherche a fait son coming out en décembre dernier, avec une revue patentée qui oblige ses auteurs à enrichir Wikipedia en parallèle de ses propres publications.
– Pendant ce temps, le Prado fait l’événement avec Goya et Bosch comme aucune expo ne le permettra jamais, qui plus est en ne faisant pas de site web, mais en s’installant pas bien loin de Rome comme on ne l’avais jamais vu.
Est-il utile de parler de la claque qu’on pris les enseignes de VAD traditionnelles cet automne ? Tout comme il sera vain d’enfoncer les portes ouvertes à l’heure des comptes de la FEVAD sur l’e-commerce. Je ne pense pas. J’ai fait une petite intervention devant un panel de commerçant bien comme il faut, il y a quelques semaines. Pas la peine d’insister, ils ont conscience, ils sont surtout un peu effrayé par le virage qu’ils doivent prendre et se demandent ce qu’il y a au bout de la courbe. Dites-moi, quelles pneus me conseillez-vous ? sais-pas, ça dépend beaucoup de votre pilotage et du véhicule, vous croyez pas ?.
Manuel aime à raconter qu’il y a 12 ans, à la création de Reflect, les banquiers nous conseillaient de faire du minitel. Depuis, nous n’avons cessé de marteler et de mettre en application une vision faisant du numérique un axe central de développement pour nos clients. Même s’il y a encore du chemin à faire, on ne boudera pas notre plaisir, moi le premier.
Si vous me demandez si la “crise” a quelque chose à voir là-dedans je vous dirai que celle-ci agit plus comme un révélateur, et que c’est plus l’accomplissement de processus d’innovation de fond qui se produit. Je dirai donc que le calendrier tombe bien. D’autant que, s’il y a un événement qui mérite d’être pointé, ce n’est pas la “crise”, mais l’élection d’Obama. Il y a le symbole en lui-même et la part du web dans le succès. Quelque chose qui a frappé les esprits, en espérant que ce qui s’annonce dans l’opérationnel en rajoute une seconde couche.
Plus rien ne sera comme avant, tout le monde le dit, il est juste temps de décider d’y donner sens. C’est encore l’heure des bonnes résolutions.

Fabrice Epelboin

Puisse-tu avoir raison, une place donnée dans les média mainstream – la TV notamment – aux problématiques du web serait le signe ultime qu’en effet, nous vivons un moment de transition. Il était temps 😉